Temple Expiatori de la Sagrada Família

460x460_SFamilia_img_1

ANNÉE DE CONSTRUCTION

1883

ADRESSE

Carrer Mallorca, 401, Barcelona

http://www.sagradafamilia.org/

APPARTIENT AU

L’héritage architectural qui apporta la plus grande renommée et le plus grand retentissement mondial à Antoni Gaudí et, par extension, à la ville de Barcelone, est le temple expiatoire de la Sagrada Família. La grâce et le caractère unique du bâtiment résident, principalement, dans la transformation radicale que l’artiste fit d’un projet initialement néo-gothique, jusqu’à en faire un temple monumental aux dimensions gigantesques.

La Sagrada Família est à la fois surprenante, austère, insolite et exubérante. La distribution des espaces, l’abondance de sculptures ainsi que le caractère grandiose et solennel de l’œuvre en font une véritable bible de pierre. Une bible éternellement inachevée qui devrait être terminée d’ici la fin de la prochaine décennie.

LES ORIGINES : 1866-1883

La création de l’Association spirituelle des dévots de Saint-Joseph (1866), par Josep Maria Bocabella, constitue les germes de ce qui devait être la Sagrada Família. L’association promeut, à partir de 1874, la construction d’un temple expiatoire, et grâce à plusieurs dons, celle-ci achète une parcelle de 12 800 m² entre les rues Marina, Provença, Sardenya et Mallorca.

La première pierre est posée le 19 mars 1882, fête de la Saint Joseph, lors d’un acte solennel que préside l’évêque de la ville, Josep Urquinaona. À partir de ce moment, on en commence la construction, qui débuta par la crypte située sous l’abside, d’après une conception néo-gothique de l’architecte Francisco de Paula del Villar, le premier architecte du temple. Celui-ci abandonna l’ouvrage peu de temps après suite à des désaccords avec les promoteurs et la commande passa aux mains de Gaudí.

940x643_SFamilia_img_9

GAUDÍ REINVENTE LE PROJET (1883-1892)

Après avoir reçu le projet, Gaudí termine la crypte en six ans et entame les travaux de l’abside, qui prennent de la vitesse grâce au bon rythme de réception des dons. Ce sera d’ailleurs une donation anonyme considérable qui poussera l’artiste à repenser ses plans précédents. Il rejette l’ancien projet néo-gothique et en propose un nouveau, plus monumental et, surtout, entièrement novateur, tant dans les formes et les structures que dans la construction.

Le projet rêvé par Gaudí consiste en une église aux dimensions importantes avec un plan en croix latine et des tours de grande hauteur. L’importante charge symbolique, du point de vue architectural et sculptural, réside dans la volonté de proposer une exégèse des enseignements des évangiles et de l’Église

LA FAÇADE DE LA NATIVITÉ OUVRE LA VOIE (1892-1914)

La façade qui voit le jour en premier est celle de la Nativité, en 1892. Comme le déclara Gaudí lui-même, « si au lieu de faire cette façade décorée, pleine d’ornements et turgescente, j’avais commencé par celle de la Passion, dure, nue, comme si elle était faite d’os, les gens se seraient détournés ». En 1894, la façade de l’abside est achevée et la porte du Rosier, un des accès au cloître de la Nativité, l’est en 1899.

Parallèlement à ces travaux, l’homme de Reus construit les Écoles provisoires de la Sagrada Família (1909), destinées aux enfants des travailleurs du chantier et à ceux du quartier à l’angle sud-ouest du temple. L’année suivante, une maquette de la façade de la Nativité est exposée au Grand Palais de Paris à l’occasion d’une exposition sur l’œuvre de Gaudí, promue par son ami et mécène Eusebi Güell. En 1911, il projette la façade de la Passion.

940x643_SFamilia_img_2
940x643_SFamilia_img_10
940x643_SFamilia_img_5

DÉVOUEMENT EXCLUSIF (1914-1926)

Dès 1914, Gaudí abandonne tout autre projet et se consacre exclusivement à la construction de la Sagrada Família, fait qui explique que dans le curriculum des dernières années de sa vie ne figurent pas de travaux d’envergure. Son implication est si grande qu’il en vient à vivre les derniers mois à côté de son atelier, un espace situé près de l’abside et aménagé en tant qu’atelier de maquettes, de dessins, d’études des sculptures et d’espace pour les épreuves photographiques.

En 1923, il conçoit la solution définitive des nefs et des toits, mais les travaux, pendant cette période, avancent lentement. Fin 1925 s’achève la construction du premier clocher de la façade de la Nativité, dédié à saint Barnabé, et avec une hauteur de cent mètres. Celui-ci sera le seul que Gaudí verra construit, étant donné que le 10 juin 1926, il meurt des suites d’un tragique accident, après avoir été renversé par un tramway trois jours plus tôt. Le 12 juin, il est enterré dans la chapelle de Notre-Dame du Carmel, dans la crypte de la Sagrada Família, aujourd’hui encore repose sa dépouille. Durant ses dernières années de travail au temple, Gaudi était assisté par un grand nombre d’architectes, dessinateurs, sculpteurs et maquettistes pour affronter le projet.

940x643_SFamilia_img_6
940x643_SFamilia_img_4
940x643_SFamilia_img_8

DESTRUCTION DES PLANS ET LENTE RÉSURGENCE

Après la mort de Gaudí, c’est son étroit collaborateur Domènec Sugrañes qui assume les travaux jusqu’en 1938. Sous sa direction se terminent les clochers de la façade de la Nativité, ainsi que la porte de la Foi et le cyprès central. Au mois de juillet 1936, suite au soulèvement militaire et à la Guerre civile espagnole, des révolutionnaires incendient la crypte, brûlent les Écoles provisoires de la Sagrada Família et détruisent l’atelier. Les plans, les dessins et les photographies originales sont alors perdus, et une partie des maquettes en plâtre sont abîmées. Malgré ces actes de vandalisme, la construction du temple n’a jamais cessé depuis que Gaudí en assuma la direction et la volonté de l’architecte a toujours été respectée.

Après la guerre, la crypte incendiée est rénovée et beaucoup des maquettes abîmées sont recréées grâce au travail de l’architecte Francesc de Paula Quintana. Cela permet d’obtenir des modèles pour continuer la construction selon la conception originale. Les travaux continuent en 1954 lorsqu’on entame les fondations en vue de bâtir la façade de la Passion, sur la base des multiples études réalisées par Gaudí. Après les fondations, on y construit la crypte, où, en 1961, s’installe un musée chargé d’expliquer aux visiteurs les aspects historiques, techniques, artistiques et symboliques du temple. Les quatre clochers de cette façade seront achevés en 1976.

940x643_SFamilia_img_3

L’ÉLAN DU XXIe SIÈCLE

Avec le tournant du siècle, les progrès à la Sagrada Família prennent une nouvelle dimension. En l’an 2000, on construit les voûtes de la nef centrale et celles du transept. Dans le même temps, on commence à poser les fondations de la façade de la Gloire. Suite à cela, on place le vitrail central de la façade de la Passion dédié à la résurrection, une œuvre de Joan Vila-Grau. Les quatre colonnes au centre du transept sont, elles aussi, achevées.

Au milieu de tout cela, un hommage particulier à la personne et à l’œuvre de l’idéologue du temple a lieu en 2002, année durant laquelle la Mairie de Barcelone lance l’Année internationale Gaudí à l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance. Entre 2008 et 2010, les voûtes du transept et de l’abside sont terminées, juste avant la visite de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI pour consacrer le temple.

CONSTRUCTION COMPLÈTE À L’HORIZON

Les principales tâches actuelles et pour les prochaines années sont liées à la construction de la première sacristie (côté ouest) et à celle des tours centrales. La construction de la façade de la Gloire, la dernière encore manquante, complétera l’ensemble.

Une fois terminé, le temple comportera cinq nefs entourées par un cloître déambulatoire, avec une abside à sept chapelles à l’extrême nord et trois façades sur les autres côtés : celle de la Nativité, celle de la Passion et celle de la Gloire, la façade principale. Chacune comptera quatre clochers paraboliques en représentation des douze apôtres et au-dessus de l’abside et du transept six tours supplémentaires se profileront, en tant que symbole des quatre évangélistes, de la Vierge Marie et de Jésus. La tour de Jésus, au-dessus de la coupole, sera la plus haute, avec 170 mètres de hauteur.

940x643_SFamilia_img_7

HORAIRES

De novembre à février : de 9h à 18h

Mars et octobre : de 9h à 19h

D’avril à septembre : de 9h à 20h

1er et 6 janvier, et 25 et 26 décembre : de 9h à 14h

L’horaire de la crypte est de lundi à samedi de 9h à 10h et de 18h à 21h

Dimanches et jours fériés : de 9h à 14h et de 18h à 21h

 

ACCÈS

Bus: 19, 33, 34, 43, 44, 50, 51, B20, B24
Métro: L2 / L5 - Sagrada Família

 

TRANSPORTS TOURISTIQUES

Bus Turístic : Itinéraire Bleu

Barcelona City Tour : Itinéraire Est (arrêt 11 - Sagrada Família)

Instagram gallery

Utilisation des cookies. Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour le fonctionnement du site ainsi que pour obtenir des statistiques anonymes sur l’utilisation du site web. Si vous continuez la navigation, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Vous pouvez modifier les paramètres ou obtenir plus d'information ici.

Fermer