Portal i Tanca Finca Miralles

460x460_miralles_img_1

ANNÉE DE CONSTRUCTION

1901 - 1902

ADRESSE

Passeig de Manuel Girona, 55 - 57, Barcelona

Si le mur d’enceinte et la porte d’entrée de la propriété Miralles sont des ouvrages secondaires, ils revêtent néanmoins un intérêt certain dans l’univers de Gaudí. Une bonne partie des éléments ont été conservés jusqu’à aujourd’hui, et permettent d’admirer les solutions architecturales et stylistiques avec lesquelles il était capable de mener à bien n’importe quel ouvrage.

La commande, dans ce cas, provenait de l’industriel Ermenegild Miralles, un proche ami de son grand mécène, Eusebi Güell. Le projet complet consistait à construire une résidence privée sur les terrains que Miralles venait d’acheter à Sarrià. L’immeuble fut finalement érigé par l’architecte Domènec Sugrañes, Gaudí s’étant limité à dessiner le portail de l’entrée principale et le mur d’enceinte.

940x643_miralles_img_2

MUR ONDULANT

Ce qui attire le plus l’attention dans cet ensemble est le profil ondulant de la partie du mur conservée intacte. Le mur est en pierre avec du mortier et en trencadís (pique-assiette) blanc, et est surmonté par une grille en toile métallique avec des pointes sur la partie supérieure, rappelant la forme d’un filet de pêche. Ce couronnement accentue la silhouette courbe du mur d’enceinte et lui confère un dynamisme particulier.

Le mur d’enceinte s’unit au portail à travers un arc à lobes sinueux d’où s’ouvrent deux portes, celle des voitures et celle des piétons, qui présentent également d’originales formes incurvées. Ces deux accès sont protégés, de chaque côté, par deux grandes marquises construites de manière complexe : une structure métallique forme la trame de poutrelles qui supportent des tuiles en fibrociment représentant une carapace de tortue. Ces tuiles aux grandes dimensions font office de pare-soleil et ont été dessinées par l’artiste spécialement pour l’occasion.

EXPERIENCES À L’USINE

Comme tout pionnier, l’architecte prenait plaisir à expérimenter. Il trouva un banc d’essai idéal dans la machinerie de l’usine de compléments destinés à la construction que possédait monsieur Miralles. Sans aller plus loin, il utilisa les presses de l’usine pour faire les calculs de résistance des matériaux de plusieurs de ces ouvrages, comme la Maison Milà. Le génie de Reus collaborera avec l’industriel sur d’autres projets comme le fumoir de la Maison Vicens ou la décoration du Bar Torino (au croisement de Gran Via avec le Passeig de Gràcia), tous d’un budget modeste par rapport à ceux qu’il avait déjà l’habitude de réaliser. Malgré cela, Gaudí couronna le travail avec deux excellents exemples de sa maîtrise du fer forgé : la grille de la porte pour piétons et la typique croix tridimensionnelle à quatre bras. Celle que l’on peut y voir aujourd’hui est une copie, l’original étant conservé dans la Maison-Musée Gaudí du Park Güell.

Du point de vue formel, le langage de cet ouvrage renvoie à d’autres travaux moins connus de l’artiste, comme par exemple la porte des Oiseaux à Comillas, la porte du chalet Graner à Barcelone, ou la clôture, disparue depuis, de la propriété Mateu, connue comme La Miranda, à Llinars del Vallès.

940x643_miralles_img_4
940x643_miralles_img_1

CHANGEMENTS ET RESTAURATION

En étudiant les photographies d’archive de l’ensemble, on n’arrive pas à comprendre comment, des années plus tard, son collaborateur Sugrañes plaça une grille conventionnelle à deux portes avec deux piliers de support et deux grilles latérales dans l’ouverture principale. Gaudí avait achevé une splendide porte latérale pour les piétons, au profil lobé, et construite avec des feuillards métalliques industriels. Il faut supposer, une fois de plus, que monsieur Miralles n’était guère partisan des dépenses. Et comme on le sait, c’est celui qui paie qui décide.

En l’an 2000, le portail fut rénové et, profitant de l’occasion, on inaugura la sculpture nommée À Antoni Gaudí, une représentation à taille réelle et corps complet réalisée par le sculpteur Joaquim Camps. Actuellement, le mur et le portail renferment un ensemble d’immeubles érigés à la fin des années soixante, connus populairement comme Les Cotxeres (dépôts) car c’était là où, pendant un certain temps, se garaient les tramways de la ville.

940x643_miralles_img_3

HORAIRES

Situé à l’air libre

 

ACCÈS

Métro : L3 - Maria Cristina

Bus : 6, 34, 66, 130, V3, V7

 

TRANSPORTS TOURISTIQUES:

Bus Turístic : Itinéraire Bleu. Palau Reial - Pavellons Güell

Barcelona City Tour : Itinéraire Ouest (arrêt Pius XII)

 

Instagram gallery

Utilisation des cookies. Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour le fonctionnement du site ainsi que pour obtenir des statistiques anonymes sur l’utilisation du site web. Si vous continuez la navigation, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Vous pouvez modifier les paramètres ou obtenir plus d'information ici.

Fermer