Els Pavellons de la Finca Güell

460x460_pavellons_img_1

ANNÉE DE CONSTRUCTION

1883 - 1887

ADRESSE

Avinguda de Pedralbes, 7, Barcelona

http://www.ub.edu/museuvirtual/visita-virtual-pavellons-guell/

Le premier travail d’envergure que Gaudí réalisa pour son grand mécène, Eusebi Güell, fut les pavillons de la propriété Güell, construits entre 1883 et 1887 et situés au numéro 15 de l’avenue de Pedralbes. La commande consistait à concevoir les jardins du palais d’été – l’actuel Palais royal – et à construire les portes d’entrée sur tout le périmètre, ainsi que les deux pavillons d’accès, destinés à la conciergerie et aux écuries.

Le comte Güell avait hérité les terrains de Can Feliu et de Can Cuyàs, dans la ville de Les Corts de Sarrià, indépendante à l’époque, et il voulait embellir l’immeuble principal qu’avait érigé l’architecte Joan Martorell. Gaudí laissa ici son empreinte personnelle avec l’esthétique de style néo-mudéjar propre à ses ouvrages initiaux et l’introduction d’arcs, de voûtes paraboliques et de coupoles hyperboliques.

940x643_pavellons_img_16

LES PORTES ET LE DRAGON GARDIEN

La propriété Güell possédait plusieurs portes d’entrée, une pour chaque point cardinal. Gaudí travailla concrètement sur l’accès de la zone nord, où se trouvait le chemin qui menait à la ville. Cette porte principale, par laquelle arrivaient les invités, était très proche du manoir seigneurial qui avait été rénové et agrandi au fil des ans jusqu’à en faire un petit palais. L’artiste y réalisa quelques petits travaux de décoration extérieure.

L’élément le plus remarquable, et aussi le plus voyant, c’est la spectaculaire grille en fer forgé, en forme de dragon et avec des yeux de verre, de la porte pour les voitures. Cette figure représente Ladon, le dragon gardien du Jardin des Hespérides vaincu par Hercule, dans un épisode que raconte Jacint Verdaguer dans son poème L’Atlantide. La forme du dragon correspond à la position des étoiles de la constellation du Serpent, en laquelle Ladon fut converti comme punition pour le vol d’oranges. Précisément au-dessus du dragon se trouve un oranger en antimoine, en allusion aux Hespérides.

Les trois autres portes de la propriété perdirent leur fonctionnalité avec l’ouverture de l’avenue Diagonal. Une des portes peut encore être vue en face du cimetière de Les Corts, bien que sa grille en fer ait été transférée dans la Maison-Musée Gaudí du Park Güell. La deuxième fut reconstruite en 1957 à côté de la Faculté de Pharmacie et la troisième fut rénovée en 1982 afin d’être placée à proximité de l’Institut des Sciences de la Terre Jaume Almera, situé sur le campus de Pedralbes.

940x643_pavellons_img_11
940x643_pavellons_img_6
940x643_pavellons_img_14

LA CONCIERGERIE

Devant le parc et dans le périmètre de l’ancienne propriété on a conservé les deux pavillons unis par une petite entrée pour les piétons et une autre, grande (cinq mètres de large) et majestueuse, pour les voitures. Le mur d’origine en briques pleines, avec des ouvertures secondaires, est toujours présent, avançant le long de l’avenue de Pedralbes et de la rue George Collins. Cet ensemble architectural dual sera ensuite répété par Gaudí, avec certains changements fonctionnels et stylistiques, à l’entrée principale du Park Güell.

Le premier pavillon, connu comme la conciergerie, est un édifice de petite taille, mais d’un imposant volume. Ce pavillon est formé par deux corps, surmontés de coupoles voyantes et conçues dans un style assez éclectique qui contraste notablement avec celui des écuries. Le mélange entres les éléments structurels et la variété des ornements sur la surface qu’obtient Gaudí s’avère intéressant. Il utilisa de la terre crue (matériau à bas prix doté d’une bonne capacité thermique) pour le mur de soutènement. En revanche, il utilise des briques pleines massives de couleurs, qui vont du rouge au jaune, pour les placer aux angles et dans les zones des murs les plus exposées aux efforts de charge.

ÉCURIES À DOUBLE CORPS

Les écuries, pour leur part, ont eux aussi une double composition : le corps principal où se situent les étables des chevaux et un deuxième, de plan circulaire, avec une voûte sphérique, qui couvre le manège. La forme de ce bâtiment est directement dictée par sa fonction et par la technique de construction utilisée. Nous nous trouvons devant un exemple du meilleur Gaudí, un travail de jeunesse qui enthousiasma son client.

La structure est formée par un ensemble d’arcs paraboliques en briques massives et de voûtes en brique plane (voûtes catalanes) au profil légèrement incurvé, qui constitue l’espace où l’on mettait les animaux et les mangeoires, vers lesquelles arrivait l’eau de pluie collectée sur le toit. La clôture était constituée d’un mur de terre revêtu de pièces de céramique ou de ciment, renforcé avec des rangées de briques massives, des éléments de construction indispensables que l’architecte utilisa pour décorer le bâtiment de l’extérieur avec des débuts de trencadís (pique-assiette), tel qu’il l’avait fait à la Maison Vicens, son premier chantier à Barcelone.

CESSION À L’ÉTAT ET USAGES UNIVERSITAIRES

Après le décès d’Eusebi Güell, ses héritiers cédèrent à l’État une partie de la propriété située au-dessus de la nouvelle avenue Diagonal dans l’objectif de la transformer en résidence royale. La maison fut entièrement rénovée et l’architecte Nicolau M. Rubió i Tudurí dessina et dirigea les travaux de magnifiques jardins, qui sont actuellement publics, et dans lesquels se trouvent encore des exemples de travaux secondaires de Gaudí. En 1958, une partie importante des terrains proches du Palais royal furent achetés pour y construire la nouvelle cité universitaire.

En passant aux mains de l’Université de Barcelone, les pavillons furent réadaptés et en 1969 ils furent déclarés Monument historique-artistique à caractère national. Pendant qu’un des bâtiments fut aménagé en logements pour le personnel de l’université, les écuries accueillirent, à partir de 1977, le siège de la Chaire Gaudí en vertu d’une cession verbale faite par le recteur au professeur Joan Bassegoda, qui sauva certainement le bâtiment endommagé grâce aux travaux de restauration qu’il promut.

Actuellement, l’Université de Barcelone continue à gérer les deux bâtiments vacants en attente de rénovation.

940x643_pavellons_img_2
940x643_pavellons_img_10
940x643_pavellons_img_3

HORAIRES

Visites guidées les samedis et dimanches. Horaire selon la langue :

10h15 et 12h15, en anglais

11h15, en catalan

13h15, en espagnol

Fermé : 1er et 6 janvier, et 25 et 26 décembre

 

VENTE ANTICIPÉE

Réservations pour des visites guidées 932 562 504

 

ACCÈS

Bus: 7, 33, 63, 67, 75, 78, H6, L14, L79, L97
Métro: L3 - Palau Reial
Tram: T1/T2/T3-Pius XII

 

TRANSPORT TOURISTIQUE

Bus Turístic: Route Bleue. Palau Reial - Pavellons Güell

Instagram gallery

Utilisation des cookies. Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour le fonctionnement du site ainsi que pour obtenir des statistiques anonymes sur l’utilisation du site web. Si vous continuez la navigation, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Vous pouvez modifier les paramètres ou obtenir plus d'information ici.

Fermer