Col·legi Teresianes

460x460_teresianes_img_1

ANNÉE DE CONSTRUCTION

1888 - 1890

ADRESSE

Carrer de Ganduxer, 85 - 105, Barcelona

http://ganduxer.escolateresiana.com/

Au moment de l’Exposition universelle de Barcelone, Gaudí était déjà un architecte convoité qui quelques années auparavant avait commencé la construction de la crypte de la Sagrada Família. Bien qu’il fût impliqué dans des projets de grande envergure et au budget important, l’intérêt pour le travail et sa dévotion religieuse le poussaient à accepter des chantiers plus modestes comme celui du couvent et collège de Sainte-Thérèse, à Sant Gervasi de Cassoles.

L’artiste reprit le projet à peine commencé par Joan Pons i Trabal, conservant les fondations déjà achevées et transformant ce qui était une construction simple en une œuvre importante de l’architecture, sans modifier le volume ni le profil du plan. L’architecte se limita à faire jouer son imagination sur la partie du nouvel édifice, créant des cours intérieures par lesquelles pénètre la lumière naturelle.

940x643_teresianes_img_14

TALENT ET MAÎTRISE, AVEC PEU DE RESSOURCES

Si le père Enric d’Ossó, fondateur de la Compagnie de Sainte Thérèse de Jésus, n’avait pas recouru aux services de Gaudí, les terrains de Can Ganduxer auraient probablement fini par accueillir un bâtiment banal sans beaucoup d’histoire. Le projet réalisé par l’architecte Trabal prévoyait un plan rectangulaire à trois nefs aux dimensions similaires et des façades de style médiéval. Le tout rappelant beaucoup, dans son ensemble, la façon dont Elies Rogent venait de réaliser l’Université centrale, bâtiment considéré comme le summum de l’architecture locale de l’époque.

Le religieux suivit la recommandation de l’évêque Grau, lui aussi originaire de la ville de Reus, qui peu de temps avant avait reçu des mains de Gaudí le projet du Palais épiscopal à Astorga. Pour cet ouvrage, la propriété disposait de ressources fort limitées, au contraire de ce qui était le cas du Palais Güell, ouvrage que Gaudí réalisait parallèlement. Malgré cela, ce qu’un architecte de son talent parvint à réaliser grâce à la maîtrise d’une technologie absolument traditionnelle basée sur l’utilisation de la brique et la pierre est admirable.

940x643_teresianes_img_7
940x643_teresianes_img_6
940x643_teresianes_img_12

SOBRE « CHÂTEAU INTÉRIEUR »

Gaudí conçut le collège comme un authentique château néo-gothique, avec une façade qui combine le limousinage et la brique pleine avec un résultat esthétique remarquable. L’incorporation de symboles religieux est une note dominante, avec des anagrammes de Jésus-Christ, des blasons des carmélites, des croix à quatre branches sur les tours angulaires et des barrettes doctorales sur les merlons, en référence à sainte Thérèse. Sur la façade sont aussi présents les traditionnels arcs paraboliques, concrètement dans les fenêtres et dans le portique d’accès, ce dernier fermé par une élégante grille en fer forgé.

Le résultat de l’intérieur fut surprenant, en particulier les couloirs et le vestibule principal du rez-de-chaussée. Avec les arcs, Gaudí atteint une qualité spatiale remarquable qui, évidemment, ne figurait pas dans le projet initial. L’architecte fit des recherches et s’imbiba de l’esprit de l’ordre de Sainte Thérèse pour accomplir la commande du mieux possible et, fruit de cette attitude, l’immeuble obtint une image sobre et recluse. À la manière du « château intérieur » qui correspondait fidèlement à la spiritualité de cette compagnie.

L’ornementation, dans ce sens, est présente de façon minime, austère et fonctionnelle, s’intégrant en toute simplicité aux éléments structurels et aux murs extérieurs. Ici aussi, Gaudí devança de plusieurs années la pensée d’un maître du mouvement moderne, Ludwig Mies van der Rohe. Moins, c’est plus. 

TENSIONS AVEC « SAINT » ENRIC D’OSSÓ

La relation de Gaudí avec le père Ossó, qui en 1993 serait canonisé et déclaré saint, était fort terre-à-terre. L’artiste dut imposer en de nombreuses occasions son opinion, en porte-à-faux avec les exigences et la conception de l’édifice qu’avait le fondateur de la congrégation de Sainte Thérèse. Les disputes entre les deux hommes, au caractère fort, poussèrent plus d’une fois l’architecte à envoyer le religieux dire la messe en le priant instamment de le laisser gérer les détails du chantier, arguant que s’ils l’avaient choisi et le payaient, il devait bien y avoir une raison à cela.

Malgré les désaccords occasionnels, leur alliance eut pour fruit un merveilleux bâtiment comprenant couvent et établissement d’enseignement qui, bien conservé par la Communauté de Sainte Thérèse, peut encore être admiré aujourd’hui. On ne peut que regretter que, plus tard, Gaudí et la propriété ne soient pas parvenus à tomber d’accord au moment de projeter une nouvelle chapelle annexe, l’architecte ne comprenant pas qu’on ne veuille pas l’ouvrir au public. L’actuelle, de style néo-gothique, est l’œuvre de Gabriel Borrell i Cardona. 

940x643_teresianes_img_9
940x643_teresianes_img_10

HORAIRES

Usage scolaire. Ce monument n'est pas visitable.

 

ACCÈS

Bus: 14, 58, 64, 70

FGC: L6 - La Bonanova

 

 

Instagram gallery

Utilisation des cookies. Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour le fonctionnement du site ainsi que pour obtenir des statistiques anonymes sur l’utilisation du site web. Si vous continuez la navigation, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Vous pouvez modifier les paramètres ou obtenir plus d'information ici.

Fermer